Now Reading:

A House For Essex, please

Living Architecture Project est une initiative anglaise, expérimentale et insolite. Pour venter les vertues ordinaires des régions et paysages du royaume britanique, Living architecture project propose la location de maisons exceptionnelles signées par la crème des architectes contemporains. Leur dernière perle, issue d’une collaboration architecte/artiste très british déjantée à mi chemin entre «l’église russe et le temple japonais», s’intitule « A House for Essex ». Céramique, folklore et délire pittoresque, bienvenue à Wrabness.

Grayson Perry est un artiste plasticien et céramiste anglais à l’imaginaire prolifique. Néo baroque, néo sacré ou néo pop, le sens de l’ornementation de Grayson Perry est toujours poussé à l’extrême. Gagnant du Prix Turner en 2003, l’artiste est inclassable et son univers iconographique inattendu, pouvant faire référence à des scènes de chasse, à des faits divers contemporains comme aux contes des frères Grimm. Il s’associe ici aux non moins délirants architectes FAT, et signent ensemble l’incroyable «House for Essex».

Inspirée d’une histoire fictive, poème écrit par l’artiste lui même, la maison présentée comme un «Taj Mahal en Essex» est caractérisée par une mise en scène débridée et une surabondance de détails. L’histoire est celle d’une fille dénommée Julie, dont le mari aurait fait construire cette étrange maison après sa mort tragique (renversée par le scooter du livreur d’un restaurant indien). Sous formes de sculptures, tapisseries, peintures et bas reliefs, la maison réunit tous les indices ayant pu appartenir au passé de ce personnage imaginaire, constituant un véritable sanctuaires d’objets bizarres décontextualisés.

Architecture narrative et théatrale, House for Essex mélange références, mythes, art et artisanat pour un séjour anglais et décalé.

Crédit photos : Jack Hobhouse

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".