Now Reading:

Anish Kapoor, un monument à Versailles

Sa dernière exposition Leviathan au Grand Palais nous l’avait confirmé, l’oeuvre d’Anish Kapoor renverse, bouleverse et transgresse notre perception de la réalité. Nouvel invité de prestige à Versailles, l’artiste britannique d’origine indienne présente dès aujourd’hui six installations aussi spectaculaires qu’inattendues au sein du parc du château, semant subtilement le désordre dans un endroit parfaitement ordonné. Puissant revers à la grandeur du site et à toute sa symbolique royale, ses oeuvres évoquent le thème du pouvoir avec une connotation politique et sexuelle assumée. Et si l’exposition a fait couler beaucoup d’encre avant même son ouverture, c’est qu’un « Vagin de la Reine » selon Kapoor ne passe forcément pas inaperçu.

«Il ne s’agit pas de poser des objets joliment dans le jardin. Il faut un dialogue plein de sens avec cet endroit chargé de pouvoir et d’histoire, qui vit dans notre inconscient collectif, surtout ici en France» explique l’artiste qui choisit de révolutionner notre rapport au site et à son histoire avec une force proche du chaos .

Véritables monuments posés entre terre et ciel, les oeuvres de Kapoor mettent le plus majestueux des jardins français à l’envers. Outre des miroirs et de l’eau, l’artiste joue avec les formes, les matières et les contrastes pour créer de véritables ovnis organiques plantés dans cet écrin d’exception. Partant de l’idée que sous le «paysage de lumière» que sont les jardins de Le Nôtre, il y avait «quelque chose de plus complexe, de plus dangereux peut-être, de plus sombre», Kapoor livre ici une interprétation de la souveraineté Versaillaise plus trash et déroutante que ses prédécesseurs (Jeff Koons, Murakami, Xavier Veilhan ou encore Lee Ufan) mais tout aussi grandiose.

Anish-Kapoor

Kapoor créé l’évènement à Versailles, à voir du 9 juin au 1er Novembre 2015.

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".