Now Reading:

[CHRONIQUE] Asagaya – The Light Of The Dawn

[CHRONIQUE] Asagaya – The Light Of The Dawn

Quand on pense au Hip-Hop et au Japon, on pense directement au défunt Nujabes, beatmaker talentueux, reconnu par grand nombre d’amoureux du hip-hop et d’artistes de France, des USA ou d’ailleurs, pour la musicalité et la richesse de ses compositions, au même titre qu’un autre disparu du rap, J.Dilla.

Asagaya débarque dans le monde du hip-hop avec quelques avantages. Il y a déja du vécu artistique, car le jeune homme, avant de se tourner progressivement vers l’élaboration de beats éclectiques et inspirés, à commencé à jouer et à composer dans divers groupes de rock et de dub au Japon.

Viennent ensuite l’envie, le talent et l’idée. Parfaitement ficelé du début à la fin, l’album renvoie aux grands espaces, à la spiritualité et appelle à l’imagination. Les sons sont graves, les rythmiques venues d’ailleurs. On y mélange le jazz à la country de saloon, les pianos raisonnent, les violons s’invitent  et les rappeurs présents sur l’album, d’Akua Naru en passant par Jay Prince, font la différence.

Le dernier avantage du jeune japonais, c’est GUTS, son producteur. D’abord passé par Alliance Ethnik, il à ensuite collaboré avec Common ou De La Soul entre autres, et à également produit des tracks de l’album, dont les featurings ont été enregistrés à New York et Los Angeles, quand côté mastering, le travail à été confié à Blanka ( Jukebox Champions / La Fine Equipe ) en France.

Autant dire que l’album d’Asagaya, The Light Of The Dawn, est né d’un tour du monde complet, du Japon en passant par  les USA et l’Hexagone, et d’un regroupement d’influences et d’horizons musicales variés, sans doutes galvanisé par l’expérience et la passion du rap. Une occasion certaine pour   » l’homme au masque «  de faire parler de lui.

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".