Now Reading:

DALeast, le virtuose venu de l’est

Comptant parmi les prestigieux invités du Dunedin Street Art Festival, qui s’est déroulé fin septembre dernier en Nouvelle-Zélande, l’artiste chinois DALeast a marqué les esprits en réalisant Defolation, un rapace géant. L’occasion pour nous de revenir sur le travail d’un street artiste talentueux.

C’est en voulant rendre hommage a l’aigle de Haast, ancien prédateur dominant de Nouvelle-Zélande, disparu depuis plus de 600 ans, que DALeast, s’est lancé dans la réalisation d’une fresque imposante lors du festival de street art. Plusieurs jours durant, l’artiste a donc peint un rapace aussi géant que majestueux dans le style qui lui est propre. Ornant aujourd’hui le mur de « My Mate Johns », un magasin partenaire de l’événement, l’animal a immédiatement rejoint le bestiaire que DALeast parsème aux quatre coins du monde depuis plusieurs années. Considérant les animaux comme les êtres à part entière – indispensables au fonctionnement de la Terre – qu’ils sont, l’artiste les place toujours au centre de ses réalisations, tels des héros de fantasy. Un bestiaire graphique empreint de magie, à la fois si réaliste qu’il semble prêt à s’envoler, s’élancer ou sauter hors du mur sur lequel il est peint.

A l’image de son créateur, le style de DALeast entretient en effet le mystère : fait de traits et de courbes s’entrelaçant à l’infini, il s’impose rapidement dans l’univers urbain que côtoie le street artiste depuis 2004. Il faut dire que sa technique a quelque chose d’hypnotique ; loin d’être vides de sens, les fresques – très souvent monumentales – de DALeast interagissent avec l’espace où elles se trouvent, dans l’espoir de toucher leurs spectateurs dans le cœur et dans l’esprit. « Il y a plusieurs niveaux de vie, indique l’artiste. Le matériel est un peu le bateau qui nous emmène vers l’expérience spirituelle. »

Découvrez sans attendre l’œuvre incroyable de cet artiste remarquable.

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".