Now Reading:

Fondation Jérôme Seydoux – Pathé, un nouveau cocon pour le cinéma

Cachée derrière la façade historique de l’ancien théâtre Le Rodin, sculptée en 1869 par l’artiste lui même, une forme remarquable émerge désormais d’un ilôt exigü d’immeubles parisiens : le nouvel écrin de la fondation Jérôme Seydoux – Pathé.  Auteur de notre emblêmatique Centre Georges Pompidou, l’architecte Renzo Piano imagine ici une sculpture géante à la forme organique et cristalline, en jouant avec la verticalité, la rondeur, la légèreté et la lumière.

C’est sous cette coque XXL composée d’écailles en verre et aluminium, que s’organise le lieu dédié à l’histoire du cinéma : 2200 m2 d’espaces de documentation, d’archives et de recherche, une salle de projection, une DVDthèque et enfin une galerie d’exposition. Un résumé de 120 ans d’activité cinématographique pour le géant Pathé, mis en lumière dans un espace noble et élégant, présenté par l’architecte comme un véritable «coffre fort» ou encore «arche de Noé» pour que les «trésors de Pathé soient gardés pour toujours».

En ouvrant leur propre fondation, les plus grandes sociétés comme Pathé (et vu dernièrement avec Vuitton) s’offrent grandeur et postérité dans des écrins architecturaux toujours plus étonnants et audacieux. Mécènes, conservateurs et esthètes avant tout, ils redynamisent  l’activité créative et artistique actuelle tout en enrichissant, à coup de grand délire narcissique, le lexique architectural contemporain.

73 avenue des Gobelins, 75013 Paris

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".