Now Reading:

Habitat 67 : une résidence Montréalaise pensée par Moshe Safdie

A l’occasion de l’exposition universelle de 1967, la ville de Montréal a décidé de faire construire un complexe résidentiel nommé Habitat 67 afin d’illustrer le mouvement de libéralisation et d’ouverture au monde caractéristique de l’époque. Admiré par des visiteurs du monde entier, Habitat 67 est un lieu de prédilection pour 146 familles qui forment une véritable communauté dont la façon et le style de vivre sont enviés dans tout le Canada. L’oeuvre de Moshe Safdie est devenue au fil du temps  une fierté pour les Montréalais. Safdie était à l’époque étudiant en architecture à McGill lorsqu’il a pensé ce concept d’habitation urbaine et tridimensionnelle intégrant la maison unifamiliale. Après 45 années, c’est l’une des seules utopies modernes qui se soit concrétisée en devenant à la fois populaire et prestigieuse. Moshe Safdie continue de donner son accord pour certains projets d’aménagement du complexe.

Habitat 67 est avant tout un symbole de modernité basé sur le cube qui est symbole de stabilité, de sagesse, de perfection morale et de vérité. Ici l’artiste nous donne à voir une sorte de Tétris géant, puisque Habitat 67 c’est 354 cubes qui s’arc-boutent les uns aux autres pour former 146 résidences. Les passerelles, rue piétonnes, terrasses suspendues et autres puits de lumière rendent la vie paisible sur la Cité du Havre qui n’est rien d’autre qu’une péninsule créée de toutes pièces qui s’avance dans l’arrière port de Montréal. Ce dédale de cubes entraine chez l’habitant un questionnement continuel et lui procure l’envie de méditer. Tout est calculé pour que le bien être humain atteigne son paroxysme. La principale qualité de l’oeuvre est qu’elle a un caractère d’éternité, puisque tout est pensé selon les besoins futurs des habitants. Le bâtiment est une pure et simple dichotomie à la fois déchirement et méditation entre l’universel et le spécifique, entre l’idéal et le réel, la synesthésie est à l’oeuvre comme dans un poème baudelairien.

Posté sur une terrasse on peut être attendri par les lumières de la ville, la silhouette du pont Jacques Cartier entre autres, le bruit du Saint Laurent ou même l’odeur des érables.  Un rythme Habitat 67 est la redéfinition de tout ce que l’on attend d’une résidence urbaine. On peut y vivre au rythme de la ville, avec ses soirées animées au rythme paisible de la campagne sur un îlot. Encore aujourd’hui, Moshe Safdie y possède un appartement de quatre cubes, qu’il loue occasionnellement. L’intérieur est resté intact. C’est pour vous dire à quel point on doit s’y sentir bien.

Mais attention, cette petite merveille à un coût, en 2007, le prix d’un appartement de deux cubes d’Habitat 67 oscille entre 375 000$ et 530 000$, selon les rénovations apportées. Le prix d’un appartements formé de quatre cubes va de 799 000$ à 2,5 millions, révèle Louise L’Heureux, agent immobilier affilié, chez Royal LePage Dynastie. Selon une étude réalisée par ICOMOS pour l’UNESCO en 2001, Habitat 67 est le bâtiment canadien le plus connu des architectes de la planète.

Pour ce prix on a le droit à quelques privilèges :

– La navette privée assure la liaison entre le centre-ville et le complexe : – 6 jours sur 7, excellente fréquence et horaires respectés

– Service de sécurité 24 heures sur 24

– L’entretien des aires communes, publiques et extérieures

– La livraison du courrier et des journaux à votre porte

– La réception des colis et courriers en votre absence

 – Magasin de dépannage

– Courts de tennis

– Sentier pédestre et de ski de randonnée

– Jardins entretenus par des horticulteurs formés au Jardin botanique de – Montréal

– Stationnement extérieur et intérieur.

Que vous soyez amant de la nature, oiseau de nuit, sportif, intellectuel, gastronome, solitaire, sociable, curieux, contemplatif, flâneur ou esthète… tout est accessible par une randonnée de 5 minutes à 15 minutes.

Edouard DISSARD pour TrendsPeriodical 

 

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".