Now Reading:

Hard Copy ou la mode en 3D

Bien qu’elle vienne à peine de fermer ses portes parisiennes, la Fashion Week continue sur Trends Periodical avec Hard Copy, une étrange collection tout en volume et légèreté signée Noa Raviv.

Jeune designer israélienne, Noa Raviv a en effet surpris le monde entier avec une collection bien particulière, développée dans le cadre de ses études au Shenkar College of Engineering and Design en Israël : mêlant subtilement le monde de la mode et du design avec celui de la technologie et des imprimantes 3D, Hard Copy dévoile des formes étonnantes, géométriques et légères. Une collection de sept robes s’inspirant des sculptures grecques antiques, pour laquelle la designer a souhaité expérimenter de nouveaux concepts et de nouvelles matières. « Alors que je travaillais sur un logiciel 3D, j’ai été fascinée par la grille apparaissant sur l’écran et par la manière dont les lignes noires définissaient le volume des objets. J’ai donc voulu transformer ces lignes en une matière textile et ainsi créer une sorte d’illusion d’optique ».

Bien qu’Hard Copy ne soit pas la première expérience faisant se rencontrer mode et impression 3D, le résultat vaut largement le coup d’œil : couches successives, soie plissée ou organza ébouriffé, bordés de lignes noires ou blanches viennent en effet dessiner une succession de formes volumineuses et intrigantes, sorte de prolongement des épaules ou de la poitrine, visant ainsi à embellir le corps humain. « Les silhouettes ont été influencées par les sculptures classiques, point de départ de mon travail. Ces sculptures sont rarement retrouvées en un seul morceau et nous reviennent donc asymétriques, à l’image de ma collection qui nous apparait comme distordue ou fracturée. » Une vision très personnelle et novatrice de l’évolution des canons de beauté, qui interroge également le rapport entre vêtements et corps humain.

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".