Now Reading:

HITNRUN de Prince, belle surprise

HITNRUN de Prince, belle surprise

HITNRUN Phase One, Prince déjà de retour ?

Fut un temps cette simple phrase n’aurait jamais pu prendre forme. Mais il y a de cela une année, la célébrissime icône Prince faisait son retour avec pas un, mais deux albums. Art Official Age et PLECTRUMELECTRUM marqués le retour de l’icône des années 80’s et présidaient également au retour de l’artiste dans le giron de  Warner Bros, malgré le passé tumultueux que l’artiste et la maison de disque ont entretenu.
Stylistiquement, la marque de Prince épaulé ou non par son girl band 3RDEYEGIRL, reste celle d’un musicien perfectionniste, ajustant le son avec une parcimonie confinant à l’obsession maniérée. Tout aussi atypique que furent les deux derniers opus, ils réussissaient à délivrés l’indéniable esprit électro-funk si particulier à Prince, sans pour autant convaincre son monde. Et si Prince réussissait à rectifier le tire en 2015, avec HITNRUN Phase One ?

Maître du temps / Maître du tempo

En ouvrant son album avec l’imparable introduction de Let’s Go Crazy (issue du non moins imparable Purple Rain), Prince fait une promesse à son public : celle d’offrir à HITNRUN une allure aussi marquante que Let’s Go Crazy. Comme si l’artiste se devait de poser une condition pour pouvoir convenablement fomenter son coup d’état musical. Comprendre que l’homme embrasse à bras le corps les sonorités contemporaines, sans jamais fourvoyer son propre style (Shut This Down). Dès lors, le groove funky et la voix asexuée du chanteur s’emboitent avec justesse sur des basses électronico-élastiques ( X’S Face) et donnent naissance à des titres évoluant sans vergogne entre les époques et les genres. D’ailleurs, il excelle à cet exercice et offre une leçon de style décomplexée sur le très jubilatoire Like A Mack (feat. Curly Fryz), lançant au passage un vilain pied de nez à la piétaille de jeunes artistes incapable d’émuler son talent.

Prince, ce docteur fou

HITNRUN se démarque assez facilement des opus de 2014, grâce à son utilisation encore plus accentuée des sonorités modernes, offrant un aspect foncièrement ancré dans son époque à un artiste presque soixantenaire. Et c’est donc sans surprise que l’homme fait intervenir de nombreux guest sur l’album, afin d’épicer un peu plus les productions. Parmi les en-listés, on retrouve Rita Ora qui signe une collaboration tout autant hallucinée qu’énervée avec le titre  Ain’t About To Stop. Ou encore Lianna La Havas sur l’étrange et changeant MR. Nelson, écartelé entre des rythmiques romantiques et des rifts taillés pour cingler la nuit à coup de guitares passionnées. Vous l’aurez compris, HITNRUN joue la carte de l’expérimentation, de l’intouchable et surtout de l’inclassable. Il serait simple d’affirmer que Prince se réinvente, mais ce serait on ne peut plus faux. A la réalité, l’artiste reprends la place qu’il n’aurait jamais du quitter : celle du prescripteur de tendance, celle d’icône et surtout celle d’un homme qui n’a pas peur de prendre des risques et de ne pas suivre les attentes des fans et des maisons de disques.

 

L’album HITNRUN est distribué exclusivement sur TIDAL. Et des rumeurs annoncent une sortie prochaine sur d’autres plateformes !

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".