Now Reading:

Markthal de Rotterdam, un marché hybride hors-norme

Depuis octobre 2014, la ville de Rotterdam s’est enrichie d’un projet architectural des plus audacieux. Le Markthal a déjà accueilli plus de 4 millions de visiteurs, devenant par la même occasion l’emblème d’une ville véritable laboratoire d’idées en matière d’urbanisme, une terre d’exception pour les architectures innovantes.

Inspiré du « mercado » à l’espagnol, le Markthal de Rotterdam réuni tout ce qui fait l’essence d’un marché local. Petits restaurants, épiceries, fromagers, poissonniers, maraîchers locaux proposent une variété d’offres et de produits qui répondent à un fort désir des Hollandais de renouer avec une culture de proximité longtemps exclue du coeur de ses grands centres urbains.

Un projet hybride unique

Mais le Markthal, ce n’est pas que des fruits et des légumes. C’est avant tout un concept architectural unique où l’on peut, certes, faire ses courses et manger, mais également vivre dans un cadre totalement inédit. Prouesse architecturale, cette immense arche qui mesure plus de 40 mètres de haut abrite 238 appartements (une moitié destinée à la location, une autre à la vente).

mvrdv markthal rotterdam

Conçu par le cabinet d’architecture hollandais MVRDV et son fondateur à la renommé mondiale Winy Maas, ce marché couvert est avant tout un magnifique coup de pub pour la ville de Rotterdam. En cette période de vache maigre à l’échelle européenne, ce projet hybride prend ces distances avec l’image d’une architecture de privilégiés. Liant l’esthétisme et l’utile à l’habitable, le Markthal n’est pas une coque vide ou une mégalomanie architecturale. Le projet de Winy Maas permet avant tout de rendre ce nouvel espace public habitable et populaire.

Des offres abordables

Le Markthal se veut donc un projet audacieux avec des coûts maîtrisés (l’édifice a tout de même coûté 175 millions d’euros) et des offres abordables. Les logements et les emplacements du marché en location le sont à des coûts modérés. Quant aux appartements en vente, bien qu’il faille débourser le million d’euros pour l’appartement le plus cher – un penthouse de 300 m² -, un trois pièce de 97 m² est vendu 265’000 euros. Plutôt conforme au prix du marché. Mais avec l’avantage de pouvoir profiter d’une fenêtre sur une vie parallèle qui se déroule sous vos yeux. Et de se fondre dans la gigantesque fresque de fruits et légumes signée Arno Coenen.

Maxime Fayet
photo by ossip van duivenbode | all images ®provast, MVRDV
Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".