Now Reading:

Moneyless : l’art d’être simple

« Mes créations sont réduites à leur plus simple apparence. Pourtant, elles portent une tension intense, un mouvement invisible. Elles cachent des visions multiples et des perspectives différentes. C’est finalement à travers la géométrie que mon art parle aux gens. »

Né en 1980, Teo Pirisi, aka Moneyless, s’est d’abord fait connaître en tant qu’artiste de la scène graffiti, au début des années 90. Exerçant alors en Toscane, l’artiste italien a vu son style évolué petit à petit, pour devenir ce qu’il est aujourd’hui : un art géométrique. Celui qui au commencement de son projet confiait vouloir « dénuer les lettres de leur propriété alphabétique », a bien évolué. Que ce soit sur bois, sur papier ou dans l’espace, Moneyless réalise en effet des œuvres principalement composées d’éléments géométriques, symétriques ou non, dans le but de créer des illusions d’optique ou de tout simplement donner l’impression que l’objet flotte dans les airs. Une technique impressionnante et demandant une minutie extrême, communément appelée Rope Art, qui consiste à réaliser des objets – abstraits pour la plupart – en trois dimensions.

Adepte du Rope Art, donc, mais aussi très attaché aux bons vieux supports artistiques dits « classiques », Moneyless s’inspire de la configuration des lieux sauvages ou abandonnés qu’il investit pour mettre ses compositions sur pieds. Une œuvre après l’autre, l’artiste poursuit une recherche visuelle géométrique et tente de « réduire la vie à sa plus simple expression ». Aspirant à une relation intime avec son public, Moneyless invite en effet ce dernier à se remettre en question et à « enquêter sur la pureté et la simplicité de la vie ».

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".