Now Reading:

Quand iHeart pointe nos défauts du doigt

En 2011, alors qu’il n’exerce son art que depuis quelques années seulement, iHeart va se voir propulsé sur le devant de la scène street art et se faire ainsi connaître du grand public. Une mise en lumière qu’il ne doit qu’à son talent ainsi qu’à un certain Banksy

C’est en effet grâce à un tweet du street artiste britannique qu’iHeart va se révéler aux yeux du monde entier : sous le charme de « Nobody Likes Me », Banksy va tout naturellement prendre une photo et la poster sur son profil. Un simple cliché qui va connaître une popularité quasi immédiate et se voir très rapidement relayé par l’ensemble des réseaux sociaux. Ceux-là même qu’iHeart dénonce régulièrement dans ses œuvres : « Je vois les gens marcher dans les rues, levant à peine les yeux de leurs appareils… Nous sommes hyperconnectés et pourtant tellement déconnectés les uns des autres ». Un constat amer que l’artiste, aujourd’hui plus motivé que jamais, continue de pointer du doigt.

Oeuvrant principalement dans les rues de Vancouver, iHeart multiplie en effet ses pochoirs. Toujours criants de vérité, ils dénoncent inlassablement les addictions que peuvent générer les smartphones et les réseaux sociaux, et ce, dès notre plus jeune âge… Selfies, hashtags, likes et autres, tout y passe ! Le street artiste s’évertue à mettre en garde contre un système qui, ironiquement, lui permet d’être entendu… « Postées sur Instagram, Facebook, Twitter et sur mon propre site, mes productions deviennent virales. Fondamentalement, l’idée de base se retourne alors contre elle-même. »

Une ironie du sort contre laquelle il se bat en préservant coûte que coûte son identité, point très important pour celui qui se défini comme « un gars avec des idées, des opinions et tout un tas d’aérosols » : « l’anonymat est un avantage. Je pense que beaucoup de gens idéalisent la célébrité mais le seul petit aperçu que j’en ai eu m’a semblé accablant et gênant ». Loin d’être attiré par la gloire et les paillettes, iHeart compte bien poursuivre dans sa voie, en espérant qu’un jour, le monde lèvera un peu plus souvent les yeux des écrans !

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".