Now Reading:

Les recettes secrètes d’Alexandre Matiussi

Les recettes secrètes d’Alexandre Matiussi

Alexandre Matiussi, créateur de la marque AMI s’est livré sur la recette de son succés, un créateur pas comme les autres qui cultive à travers ses réseaux sociaux la proximité, l’image d’un créateur accessible à tous. Crée en 2011, AMI est montée très vite, des créations intemporelles et décontractés, tel est le vestiaire que souhaite partager Alexandre Matiussi. Lors d’un entretien pour SSENSE, le créateur nous livre sa recette du succés, le processus de création,son point de vue sur la mode et ses influences.

Le processus de creation :

La mode est une question de choix. Long ou court? Noir ou blanc? Je dois prendre ce genre de décision à chaque instant de ma vie. Je donne une liste d’options à mon équipe, nous les étudions tous ensemble et nous définissons l’angle à prendre. À mes yeux, ça se rapproche de faire la cuisine. Il y a une harmonie qui se crée. Parfois, j’accroche sur un seul détail. Si je vois par exemple une chemise des années 70 et que je flanche pour sa couleur, je vais concentrer toute mon inspiration là-dessus. J’ai aussi un faible pour les petites imperfections, les maladresses qui viennent rompre l’harmonie et donner un aspect incongru à l’ensemble. La perfection me laisse indifférent. Ce qui m’intéresse, c’est l’authenticité. Je sens que je m’améliore de jour en jour, mais j’adore les débuts de saison, qui signifient qu’il est temps d’effacer tout ce que j’ai appris avant et de recommencer à zéro. »

Le point de vue d’Alexandre Matiussi sur la mode :

« Quand je suis arrivé dans ce domaine il y a 10 ans, rien de tout ça n’existait. Je ne voyais pas plus loin que le bout de mon nez de Franco-Parisien, et tout ce qui m’importait, c’était de plaire aux 10 journalistes de mode que je connaissais. Maintenant, je ne cherche plus à faire plaisir à une poignée de personnes. Si un de mes défilés se fait descendre par la critique, ça ne me touche plus autant parce que je sais que ça a quand même plu à un millier de personnes sur la planète. Il n’en revient plus à une seule personne de décider de ce qui est bon ou de ce qui ne l’est pas. C’est ce qui fait la plus grande différence selon moi. »

Ses Influences :

« Christian Louboutin est l’un de mes grands héros. Plutôt que de suivre les règles du jeu, il a choisi de créer ses propres règles. Il n’a rien à faire des stratégies marketing standard de l’industrie. Même quand il lance un parfum, il ne fait rien comme les autres. C’est le genre de designer que je veux être. Je dirais aussi Azzedine Alaïa, pour qui les vêtements sont encore au cœur de sa vie et qui est toujours derrière la machine à coudre. J’ai eu la chance de le croiser au château de Versailles. Nous assistions à la même réception et à la fin de la soirée, je suis allé le voir pour me présenter. Je lui ai dit « Bonsoir, je suis Alexandre », puis « Je vous aime ». Il m’a répondu « Moi aussi, je t’aime ». Heidi Slimane est aussi l’une de mes influences. Ses créations sont tellement brillantes. »

Vous pouvez retrouver l’interview complète d’Alexandre Matiussi sur SSENSE

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".