Now Reading:

The Painted Desert Project : de l’art en réserve

S’ils sont plus généralement habitués aux environnements urbains, il arrive parfois que les street artistes sortent des sentiers battus et s’exportent loin des rues où fleurissent le plus souvent leurs œuvres. C’est ainsi que, depuis trois ans, Chip Thomas convie des graffeurs en pays Navajo.

Médecin le jour, street artiste la nuit, Chip Thomas vit au plus près du peuple Navajo, des amérindiens habitant le Navajoland, une réserve située entre  l’Utah, l’Arizona et le Nouveau Mexique. Profondément touché par l’histoire de ceux qui ont été ses patients pendant de nombreuses années, et dans le but de réunir les deux mondes très différents dans lesquels il évolue, Chip Thomas organise depuis trois ans maintenant The Painted Desert Project, un rendez-vous un peu particulier : introduire la culture urbaine au cœur de la réserve Navajo.

Né d’une double ambition, The Painted Desert Project consiste en effet à sortir les graffeurs des villes pour leur faire découvrir de nouveaux environnements et de nouvelles surfaces à investir. Un exercice d’autant plus difficile qu’ils doivent également être en adéquation avec la culture des Navajos, très attachés aux traditions. Chaque année depuis la création de l’événement, plusieurs artistes relèvent donc le défi que leur lance le Chip Thomas et tentent de redéfinir leur propre idée du street art, tout en respectant les us et coutumes des Navajos ; naissent alors des œuvres symbolisant la rencontre de deux communautés distinctes.

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".