Now Reading:

Chronique – AMY, tragique destin d’une diva trash

Chronique – AMY, tragique destin d’une diva trash

Fascinante de par la pureté sa voix et la dureté de sa vie, Amy Winehouse était une artiste élégante, sulfureuse, que la notoriété et le monde extérieur a fini par détruire. Asif Kapadia livre avec son documentaire AMY une vue étonnante sur l’artiste, ses déboires et ses moments de joie, son entourage, bon comme mauvais, sur ses névroses et ses obsessions, qui firent d’elle cette diva aujourd’hui déchue, une femme dont la carapace musicale et l’image de junkie imprévisible cachaient en fait une fragilité féroce, comblée par le chant, la drogue, et l’amour aussi.

Au départ connue d’un public élitiste, auditeur de jazz, c’est avec Back To Black, un album influencé par la musique garage et indépendante d’Angleterre, que l’artiste accomplie accéda à la notoriété internationale.Un cadeau empoisonné qui détruisit totalement et rapidement la vie d’une grande dame qui ne rêvait finalement que de simplicité et d’ombre, pourchassée sans cesse par des paparazzis bestiaux, ou rattrapée jusqu’au point final par ses vieux démons.

Amy Winehouse était une grande chanteuse, et sa voix éclatante de douceur et d’émotions contrastait avec un quotidien difficile, malmené par un équilibre mental très frêle et des proches pas toujours bienveillants, souvent maladroits. En couple aussi, Amy faisait parti de ces personnes obsessionnelles, impulsives,  brûlées vives par le feu de la passion. Le film retrace l’amour débordant de la jeune femme pour Blake Fielder-Civil, un homme que la chanteuse idolâtrait plus que tout, et qui fut un repère, une raison d’être, mais également la source de tout ses problèmes. Junkie touche-à-tout, c’est lui  qui l’initia aux drogues dures et ultra-addictives comme le Crack ou l’Héroïne, paradis artificiels connus pour combler tout les vides et faire oublier tout les maux.

AMY est une manière de voir et de comprendre comment une voix si fabuleuse et sublime à pu s’éteindre d’elle même, fatiguée par un monde agressif et virulent dans lequel elle était proie facile. Véritable tragédie, la vie d’Amy Winehouse n’était en fait qu’un grand drame parsemé de musiques douces et de blessures vives, que rien ni personne n’a pu faire cicatriser.Le 23 Juillet 2011, après une overdose d’alcool, Amy disait adieu aux flashs, aux incertitudes et à un quotidien trop souvent effroyable. Au moment où la chanteuse poussait son dernier souffle, ceux qui aimaient sa musique perdaient une inspiration, et une voix sensationnelle.

Kapadia lui rend un dernier hommage dans son documentaire, AMY, sorti le 8 juillet 2015.

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".