Now Reading:

Ai Weiwei : L’art, il le crée et il le crie !

Souvent trop méconnu en France, Ai Weiwei est un artiste chinois politiquement très engagé. Sculpteur, architecte, photographe et bloggeur reconnu il est élu par le magazine Art Review la figure la plus puissante de l’art contemporain en 2011. Fils de poète et passionné de Marcel Duchamp, il retranscrit à travers ses œuvres des thèmes divers pouvant rencontrer des schémas politiques comme des expérimentations personnelles.

La création du stade de Pékin est une de ses œuvres en collaboration avec d’autres artistes européens.
Ai Weiwei est également le co-fondateur de la galerie China Art Archives and Warehouse – première archive d’art comtemporain de Chine.

L’art, il le crée et il le crie.

En 2000, il lance une série de photographies appelées  « Fuck » où il se permet de faire des doigts d’honneurs devant tous les emblèmes de politiques mondiales y compris la place Tian’anmen. Anticommuniste et anti gouvernementaliste, il provoque les foudres de la République Populaire et se retrouve incarcéré en 2011. Des manifestations « pour la libération de ce défenseur des droits de l’Homme » se propagent comme une trainée de poudre dans le monde occidental. Le « Free Ai Wei Wei  » est partout !  81 jours d’enfer pour l’artiste en manque d’expression. Aujourd’hui, l’homme est encore surveillé et ne peux quitter le territoire chinois sans autorisation puisque son passeport lui a été confisqué par le gouvernement.

Son art choque – son art provoque.

Ai Weiwei fut en 2013 l’ambassadeur de Reporters Sans Frontière. Dans un ouvrage paru le 13 septembre de la même année, il offre à l’association 100 de ses meilleurs clichés où il dévoile, entre autre, l’enfer de son quotidien sous liberté surveillée pour avoir osé exprimer ses idées.
Depuis Aie Wei Wei ne s’arrête pas là. Considéré comme une victime de son régime politique, il décide en 2014 d’organiser une exposition dans la prison d’Alcatraz. Représentant 176 prisonniers politiques sous formes de portrait légo ! Plus de 450 000 légos utilisés pour la création de ces nouvelles oeuvres. Nelson Mandela, Edward Snowden ou encore l’avocat militant en faveur des droits de l’Homme Pu Zhiqian sont representés. Véritable pied de nez au gouvernement chinois, cette exposition fut un grand succès.
Une belle manière de la part de l’artiste de conserver son peu de liberté.

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".