Now Reading:

ALI et les mandalas urbains

Etudiant en arts plastiques à la fac de Rennes, Arthur-Louis Ignoré, a.k.a ALI, s’intéresse depuis toujours au monde des arts et, plus particulièrement à celui du street art. S’il s’est d’abord essayé au collage puis au pochoir, ALI se démarque désormais grâce à une toute autre technique

Trouvant un plus grand intérêt dans le processus de création même, plutôt que dans la finalité de l’œuvre, ALI se concentre sur la technique de réalisation et s’est ainsi rapidement tourné vers la figure du mandala. Terme sanskrit signifiant cercle et, par extension, sphère, environnement et communauté, le mandala est un support de méditation très utilisé dans le bouddhisme. Une coutume qui se rapproche d’ailleurs sensiblement du travail d’ALI : l’artiste n’a en effet pas pour habitude de croquer ses œuvres au préalable et, une fois le lieu repéré, se lance généralement sans filet dans leur réalisation. Une façon de faire proche de la méditation, qui demande également une très grande concentration.

Avec pour seul matériel un pinceau et suffisamment de peinture, il part du centre de la figure et, à main levée, agrandi son mandala couche par couche. Mi-abstraites, mi-figuratives, les réalisations d’ALI sont pour lui l’occasion de rechercher continuellement de nouvelles formes, de nouveaux motifs et de parfaire son art : œuvrant principalement sur les trottoirs rennais ainsi que sur certains murs, le jeune artiste, dont le travail n’est pas sans rappeler celui de Nespoon, s’est récemment aventuré du côté du land art. Et quand on voit le résultat, on se dit qu’il a bien fait !

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".