Now Reading:

Où est la créativité à New-York ?

La Fashion Week de New-York est connue pour être la plus commerciale. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose, mais si les créateurs partent dans l’optique de « copier-coller » les autres créateurs, c’est là où l’ennuie et le sentiment de lassitude viennent s’ajouter.

C’est le cas de Philipp Plein ! La marque s’est beaucoup inspirée de la doudoune Moncler en collaboration avec Craig Green et on constate qu’il n’a pas vraiment de différence, mise à part le logo. La question se pose : Philipp Plein cherchait-il à faire parler de lui en mimant la collection Moncler x Craig Green ? Ce n’est pas la première fois que Philipp Plein est accusé de plagiat. Pour la collection homme automne/hiver 2017, Plein a copié tout le runway de Wang et sa collaboration avec H&M en 2014.

Moncler X Philipp Plein

Par ailleurs, Victoria Beckham décide de célébrer le 10e anniversaire de sa marque avec une présentation intime, afin que les invités puissent mieux voir les détails de la collection. La capsule est propre à la marque : très sophistiquée et pure, sauf que les vêtements faisaient penser (beaucoup même) à la collection Céline automne/hiver 2017.

VB X Céline

Était-ce le défilé de Marc Jacobs ou Claude Montana ?
Jacobs fut énormément inspiré par le créateur français qui est connu pour ses créations avant-gardistes. Montana n’est pas le seul créateur à avoir influencé le travail de Jacobs pour cette collection. De plus, on remarque une touche d’Yves Saint Laurent qui est clairement visible. Les silhouettes distinctives et extravagantes d’YSL et le stylisme précurseur de Claude Montana ont fait la collection Marc Jacobs. Les épaules exagérées, les silhouettes en forme de sablier ainsi que le color-blocking. Résultat, tout le défilé était un flash-back des années 80 des deux grands créateurs.

Marc Jacobs X Montana

MJ X YSL

Parmi les multiples reproductions et plagiats, il reste un espoir !

Calvin Klein by Raf Simons était effectivement le défilé le plus important dans le calendrier de la Fashion Week à New-York et pour résumé, c’était beaucoup plus que des vêtements. Toutes les références par rapport à notre culture actuelle sont énormes. Le pop-corn représente un champ de maïs brûlé, les gants et les bonnets métalliques ainsi que les combinaisons inspirés par les pompiers, montre une scène après une apocalypse.
Simons a tout compris et le créateur nous montre le reflet de la société à travers les vêtements.

Calvin Klein by Raf Simons

C’est dans l’histoire de la mode que les designers prennent inspiration des grands créateurs et tournent les silhouettes à leur propre vision.
Cependant, ce qui est dommage, c’est le fait que la Fashion Week à N-Y se retrouve dans un espace où on emprunte plus que l’on crée.

Partagez
Ecrivez votre recherche et appuyez sur "entrer".