Connect with us

Interviews

Nicole McLaughlin : « J’essaie d’avoir un peu d’humour dans ce que je crée »

Rencontre avec Nicole McLaughlin, ancienne Graphic designer chez Reebok et créatrice phare sur Instagram.

Anciennement designer graphique auprès de Reebok, Nicole McLaughlin est une créatrice phare sur Instagram. Celle qui est devenue aujourd’hui une influenceuse créative confectionne en effet des vêtements inédits et insolites à base de pièces recyclées et réutilisées. Shorts en sachets de legos ou en paquets de bonbons Haribo, valise à base de sneakers Nike… Nicole McLaughlin ne manque pas d’inspiration et s’engage aux côtés des étudiants en mode afin de leur inculquer les valeurs du recyclage et de la durabilité. Rencontre.

TRENDS : En quelques mots, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Nicole McLaughlin : Je suis une designer, résidant actuellement à Brooklyn, New York, dont le travail se concentre sur la durabilité et le recyclage.

Quand as-tu commencé à créer tes propres créations ? Qu’est-ce qui t’a donné envie de commencer ?

J’ai commencé à faire des expériences de fabrication pendant mon temps libre en travaillant chez Reebok en tant que graphiste. J’y ai commencé à collectionner des pièces anciennes, ce qui m’a amené à faire du neuf avec du vieux.

Te souviens-tu de ta toute première création ?

Mon gilet en papier bulle a été ma première vraie pièce.

View this post on Instagram

pliant impact puffer

A post shared by nm (@nicolemclaughlin) on

As-tu étudié le design avant de commencer ou as-tu tout appris par toi-même ?

Quand il s’agit de créer, je suis autodidacte. C’est pour cela que je crois que tout le monde peut apprendre à faire ce que je fais !

Travailles-tu toujours avec Reebok aujourd’hui, ou te consacres-tu intégralement à ton travail créatif et récréatif ?

J’ai quitté Reebok il y a plusieurs années pour me concentrer sur mon propre travail.

Essayes-tu de faire passer des messages à travers tes créations ? J’ai vu que tu utilises principalement des pièces recyclées, est-ce que cela fait partie de tes engagements ?

Mes travaux sont axés sur la durabilité et le recyclage, mais c’est aussi devenu ma passion. À travers mes pièces, j’essaie de transmettre un sentiment de curiosité et de légèreté et la nature transformatrice des matériaux que nous considérons comme des déchets. Pour changer notre perception des déchets, nous devons être capables de comprendre leur potentiel et, espérons-le, c’est le message que vous retirez lorsque vous voyez mon travail.

N’était-il pas trop compliqué de travailler pour une industrie qui encourage la consommation lorsque toi-même, tu essayes de réglementer tes achats ?

Je n’encourage pas nécessairement la consommation. J’encourage la réutilisation de ce qui est déjà disponible. De plus, mes œuvres ne sont généralement pas à vendre. Je les démonte toujours pour réutiliser les pièces pour en faire autre chose.

Certains disent qu’Instagram est devenu la plus grande galerie d’art du monde. Est-ce que tu partages cet avis ? Considères-tu Instagram comme un outil ?

Instagram est essentiel pour ceux qui cherchent à partager leurs œuvres et à trouver des personnes partageant les mêmes idées afin de développer leur communauté et leurs idées.

Tu as mis en vente certaines des pièces que tu as conçu il y a quelques mois. Prévois-tu de remettre d’autres articles à la disposition de ceux qui n’ont pas eu le temps de les acheter lors de la précédente vente ?

Je fais des ventes aux enchères pour collecter des fonds et sensibiliser les organisations dans le besoin, donc oui, j’en ferai bientôt une autre.

View this post on Instagram

made an umbrella out of puffer jackets

A post shared by nm (@nicolemclaughlin) on

À long terme, prévois-tu de commercialiser tes articles de façon régulière par le biais d’une marque propre ?

Ce n’est pas mon objectif. Je veux travailler pour aider les marques et les consommateurs à changer leur approche de la durabilité.

Comment choisis-tu les marques que tu utilises pour tes créations ? S’agit-il d’un accord commun ou d’une appréciation personnelle ?

J’achète tous mes matériaux d’occasion, donc ce que je fais est basé uniquement sur ce que j’ai.

Je remarque un certain sens de l’humour dans tes travaux. Notamment le soutien-gorge en crocodile ou le soutien-gorge à chaussettes Nike…

J’essaie vraiment d’avoir un peu d’humour dans ce que je crée et j’espère que les gens le verront aussi !

View this post on Instagram

top made from hats

A post shared by nm (@nicolemclaughlin) on

Arrives-tu à porter tes propres créations ?

Malheureusement non. La plupart de mes créations n’existent pas assez longtemps pour être portées. Je démonte toujours des choses pour en faire quelque chose de nouveau.

Quelle est la ou les créations dont tu es la plus fière, et pourquoi ?

J’aime mes premières pièces, comme mes sandales de volley-ball ou de tennis. A ce moment-là, il s’agissait d’une pure exploration sans souci.

Es-tu impliquée auprès des écoles de mode, notamment pour évoquer les questions du recyclage et de la durabilité ? Je suppose que tu dois être très inspirante pour tous les étudiants en mode du monde entier !

J’ai été en contact avec quelques écoles, mais mon but est de mettre les écoles et les étudiants en contact avec les marques. Les matériaux sont souvent difficiles à trouver, et avoir accès à des échantillons, des animaux morts, des surstocks, etc est un moyen positif de favoriser la croissance, mais aussi de créer un moyen d’encourager la prochaine génération à chercher des solutions pour éviter les excès.

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

Une sieste !

View this post on Instagram

sleeves part 2

A post shared by nm (@nicolemclaughlin) on

Propos receuillis par Romane Dvl.

Inscription newsletter

NEXT TRENDS

Virgil Abloh tease une collaboration Off-White x Stüssy

Mode

P.R2B : « J’ai envie de percer les secrets de tous les arts »

Interviews

Chanel dévoile une montre J12 asymétrique noire et blanche

Mode

COMME des GARÇONS et Online Ceramics préparent Halloween avec deux T-Shirts

Mode

Connect
Inscription newsletter